Union Fédérale des Consommateurs - Que Choisir
Association Locale du Parc-Chevreuse

L’aluminium :

alu-mignon ou alum-ignoble ?


La résistance de l’aluminium à la corrosion et sa remarquable légèreté en font un matériau très prisé notamment dans l'aéronautique, les transports et la construction. Actuellement 95% de l’aluminium contenu dans les automobiles est collecté et recyclé. Aujourd’hui, le poids des avions s’est considérablement réduit grâce à un apport élevé d’alliages d’aluminium dans la construction des cellules d’avion. Bien que gros consommateur d’énergie lors de sa fabrication, son recyclage quasi illimité et sans perte de ses propriétés lui confère un bilan énergétique pas trop pénalisant. De plus, dans ce cadre d’applications, en dehors du processus de fabrication et du stockage des boues rouges, l’utilisation de l’aluminium ne présenterait pas trop de danger pour notre santé, mais peut-on pour autant parler d’« alu-mignon » ?

Car selon l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) l’aluminium est également à la base de nombreuses perturbations biologiques. Pourtant toxique pour notre organisme, nous en absorbons de plus en plus sans le savoir et bien qu’éliminé en grande partie par notre corps, les résidus se concentrent principalement au niveau des os et peuvent ensuite avec le temps transiter dans le sang et traverser la barrière hémato-encéphalique pour se fixer définitivement dans notre cerveau.
Des études récentes montrent que cette neurotoxine multiplierait par deux les risques de développer la maladie d’Alzheimer. Neuropathologiste à l’hôpital universitaire de Créteil, le professeur Romain K. Gherardi pronostique : « Sur les métaux, l’histoire se répète. Ce qui est arrivé pour le plomb, le mercure et l’amiante arrivera aussi pour l’aluminium». C’est la face cachée, la face « alum-ignoble », qui apparemment n’inquiète pas outre mesure nos fabricants d’aliments, de cosmétiques, de vaccins ou de médicaments.

Agent levant dans le pain, conservateur dans les charcuteries et les plats préparés, anti-agglomérant dans le sel, colorant dans les confiseries... l’aluminium se cache derrière de nombreux additifs et même dans le lait en poudre de nos bébés. Il entre aussi dans la composition de cosmétiques — il facilite la pénétration des crèmes, durcit le vernis, blanchit les dents, bloque la transpiration— et les laboratoires pharmaceutiques l’utilisent comme adjuvant dans des médicaments et des vaccins.

Les campagnes de vaccination contre la grippe ou l’hépatite-B relancent la polémique sur les risques de santé car une grande partie de ces vaccins contiennent de l’hydroxyde d’aluminium qui provoque chez certains une maladie grave: la myofasciite à macrophages.
Si l'augmentation du nombre de vaccins, donc des quantités d'aluminium injectées, interroge chez l'adulte, elle est encore plus préoccupante pour les nourrissons et jeunes enfants du fait de leur faible poids et de leurs systèmes d'élimination immatures (reins...).
Et pourtant il serait simple de circonscrire ce risque puisque l’Institut Pasteur commercialisait jusqu’au début des années 80 des vaccins au phosphate de calcium, inoffensif pour notre corps. Malheureusement, depuis le rachat de l’Institut par les laboratoires Mérieux, la rentabilité immédiate a pris le pas sur la sécurité sanitaire à long terme.


L’Autorité européenne de sécurité alimentaire, qui a tiré la sonnette d’alarme il y a quelques années, conseille de ne pas consommer plus de 1 milligramme d’aluminium par semaine et par kilo de poids corporel. Mais comment éviter la surdose lorsque la quantité d’aluminium n’est jamais précisée sur les emballages et qu’il n’existe aucune réglementation sur son utilisation?

Références

Ce document se base principalement sur les sources suivantes :

  1. Un rapport de l'Institut National de Veille Sanitaire en date de 2003. Le titre en est: "l'Aluminium, quels risques pour la santé"
  2. un reportage sur France5 : "Aluminium, notre poison quotidien" qui est passé en début d’année 2015.
  3. des articles et documentaires présentés sur ARTE

Crédits

Image (fichier : Aluminium-4.jpg)